Rites funéraires

Parce que notre volonté première est de satisfaire Notre Seigneur (Loué soit-Il), nous veillons à ce que les rites enseignés par le Noble Coran et la tradition prophétique soient respectés de la prise en charge du défunt jusqu’à sa mise en terre et au-delà. 

Ci-dessous, voici les rites funéraires musulmans proposés dans le respect de la Sunna.

  • Lavage rituel : description / explication
  • Salat Janazza : description / explication
  • Enterrement : description / explication

Lors de la perte d’un proche, nous vous accompagnons dans ce moment difficile à travers le respect des rites funéraires musulmans sur Lille, Roubaix, Tourcoing, Maubeuge, Valenciennes et partout dans le  Nord (59) mais aussi sur Arras et Lens dans le Pas de Calais (62).

La toilette rituelle

 En Islam, Allah le très haut a honoré l’Homme durant sa vie mais également au moment de sa mort. Lorsque la mort intervient, nous nous devons de laver le défunt, de le parfumer, de l’envelopper dans un linceul*, de prier sur lui, de l’enterrer et d’invoquer Allah en sa faveur selon l’enseignement de notre prophète bien-aimé Mohamed 

La toilette mortuaire est l’un des éléments les plus importants importants parmi les rites funéraires musulmans que prévoit l’islam après la mort, c’est une obligation et un devoir qui incombe à tous les musulmans envers le défunt.

 

C’est un acte louable qui mérite la récompense d’Allah pour celui qui le réalise. Le Prophète  a dit :

« Celui qui lave un croyant et n’en dévoile rien, Allah lui pardonnera quarante fois. Celui qui aura creusé la tombe pour un croyant et l’y introduit, aura la même récompense que s’il l’avait abrité jusqu’au Jour de la Résurrection. Et celui qui l’aura mis dans un linceul, Allah le revêtira au Jour de la Résurrection d’habits de soie fine et de brocarts du Paradis. » Hadith (Rapporté par Al-Hâkim, Baïhaqi, Ibn Maja).

Elle doit être effectuée obligatoirement par un musulman ou une musulmane en respectant des étapes bien définies que le prophète  nous a enseigné :

« Que les gens honnêtes se chargent de la toilette de vos morts. On presse délicatement le ventre du mort pour le débarrasser de ce qu’il pourrait renfermer. On enroule ensuite un torchon autour de la main avec l’intention de faire la toilette du défunt et on lave les parties intimes. On enlève ensuite le torchon et on fait l’ablution du mort comme pour la prière. Le corps est lavé de haut en bas trois fois. Si cela est insuffisant, on le lave cinq fois, la dernière avec du savon ou autre. S’il s’agit d’une femme, on dénoue ses cheveux pour les laver et on les tresse ensuite. (Le Prophète   l’a ordonné pour sa fille). On imprègne ensuite le corps de camphre ou autre ». ( Al Bukhari) 

Les femmes se doivent d’accomplir la toilette des défuntes et les hommes celle des défunts. Seules exceptions, le mari peut laver sa femme et une mère peut laver son fils impubère. Le Prophète  a dit un jour à Âicha : 

« Si tu mourais avant moi, je te laverais et t’envelopperais d’un linceul. » (rapporté par Bayhaqi, Daraktani et Chafaï).

*Ce qui est louable en matière de linceul : qu’il soit neuf, propre, couvrant toute la dépouille, qu’il soit blanc, encensé ou parfumé et qu’il soit constitué de trois pièces enveloppante pour l’homme et de cinq pièces pour la femme.

La salat Janaza

 La prière pour le défunt diffère des autres prières obligatoires parce qu’elle n’a pas un moment précis, on la fait à n’importe quelle heure quand elle se présente, même aux moments interdits pour la prière selon les hanafites et les chafi’ites.

Les docteurs de la loi sont unanimes à déclarer que la prière du mort est une obligation dont le reste de la communauté est exempt dès lors  qu’un groupe de musulmans s’en acquitte.

La prière mortuaire est une prière ordinaire dont les conditions sont les mêmes que celles de la prière obligatoire.*

* c’est-à-dire la purification de l’impureté majeure et mineure, l’orientation vers la Ka’ba et la dissimulation des parties intimes. 

Mâlik raconte d’après Nâfi’y que ‘Abdullah bin Omar  disait :

 « personne ne fait la prière pour le défunt que s’il est purifié. »

Le prophète  a dit :

« celui qui accompagne un mort musulman avec foi et comptant sur la récompense divine, qui assiste à la prière et à l’inhumation, retourne avec une récompense valant deux qîrât. Chaque qîrât est de la grandeur de la montagne d’Uhud. S’il assiste à la prière seulement sans attendre l’enterrement, il rentre avec un seul qîrât » (rapporté par Al Bukhari). 

Comment effectuer la prière mortuaire ?

Après avoir rempli les conditions requises pour la prière sur le défunt présent, celui qui procède à cette prière se tiendra en station debout , en concevra l’intention, puis lèvera les mains au moment de la Takbira d’ouverture, posera la main droite sur la main gauche et commencera à réciter la Fatiha. Après quoi, il prononcera la formule de la Takbira, priera sur le prophète , formulera à nouveau la Takbira, invoquera Dieu pour le défunt, formulera une dernière fois la Takbira, invoquera Dieu pour les musulmans en général et enfin, prononcera la salutation finale. 

 

Pour cette prière, l’imam doit se placer d’une certaine manière :

– si le défunt est un homme, l’imam se place au niveau de la tête

– si la défunte est une femme, l’imam se place au niveau de sa taille.

– s’il y a plusieurs défunts, l’imam effectue une seule prière pour tous.

Il est préférable de faire 3 rangs car d’après Mâlik bin Hubayra, le Prophète  (sallalahou alayhi wa salam) a dit :

« Tout croyant à la prière mortuaire duquel assiste un groupe de musulmans qui forment 3 rangs sera absout de ses péchés » (rapporté par Ahmad, Abu Dâwûd et Ibn Mâjah).  

La prière se constitue de 4 formules de « Takbir » (dire : « Dieu est le plus grand » quatre fois).

1 – Sourate Al Fatiha

2 – La formule de la prière et du salut sur le prophète

3 – Invocations en faveur du défunt Le prophète  a dit :

« Si vous procédez à la prière mortuaire, invoquez sincérement Dieu pour le défunt » (Abu Daoud, Al-bayhaqi, Ibn Majâh).
L’invocation se fera par une formule quelconque aussi courte soit-elle.

4 – Il est préférable d’invoquer Allah Le Très Haut quand bien même on l’aurait déjà fait après la 3ème.

La prière se conclue par les deux salutations en proclamant la formule : « Que la paix soit sur vous »

L’enterrement

Dans certains pays musulmans, l’inhumation (la mise en terre) du défunt se fait directement à même la terre avec le linceul.

En France et en Europe, la réglementation exige que  le défunt soit placé dans un cercueil avant l’inhumation.

Conformément à la tradition et aux rites funéraires musulmans. Il faut, si possible introduire le défunt par les pieds. Toutefois, s’il n’est pas possible de l’introduire ainsi, il est permis de procéder de la façon qu’on le souhaite.

Il est louable de disposer le défunt face à la Kaaba dans la tombe tout en  disant « Au nom d’Allah, Selon la tradition de l’envoyé d’ Allah » (Rapproté par Ahmed, Abu Dawud, At-Tirmidhi, Ibn Majah) et d’invoquer Dieu en sa faveur.

Ensuite il est louable pour ceux qui sont présents à l’enterrement de jeter trois poignées de terre dans la tombe du côté de la tête Dieu défunt.

Après l’inhumation, il est vivement conseillé d’invoquer le Pardon Divin pour le défunt mais aussi qu’Il (le très Haut) lui accorde de l’assurance, car c’est a ce moment qu’il subit l’interrogatoire. Lorsque le prophète  achevait l’inhumation, il se tenait près de la tombe et disait ;

« Invoquez Dieu pour qu’Il accorde le pardon et l’assurance a votre frère, car il est en train de subir l’interrogatoire » (rapporté par Abu Dawud).

Dans ce sens, conformément à ce que rapporte Saïd Ibn Mansur d’après Rachid Ibn Sa’d, Dumra Ibn Habib et Hakim Ibn ‘Umayr, lesquels relatent :

« Lorsque les travaux d’enterrement étaient achevés et les gens s’en allaient, ils estimaient louable que quelqu’un adressa au mort les paroles suivantes avant de s’en retourner :  « Ô untel, dis il n’existe nul divinité en dehors de Dieu (3 fois), Ô untel dis ;Dieu est mon seigneur, l’Islam est ma religion, et mon prophète est Mohammed  ».

« Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en oeuvre, et c’est Lui le Puissant, le Pardonneur. »

– Coran, S67 | V2